Floriane Stauffer Obrecht

 

 

06.68.27.76.45

floriane.obrecht.sage.femme@gmail.com


L’accouchement accompagné à domicile (AAD) se démarque des accouchements dans d’autres lieux de naissance par le fait que la mère accouche dans un environnement matériel et humain qui lui est familier, ce qui joue pour certaines femmes le rôle rassurant que la médicalisation peut jouer pour d’autres.


Les familles qui choisissent ce mode d'accouchement sont conscientes que le fait de ne pas être dans une structure hospitalière nécessite un transfert en cas de complications médicales.  En effet s'il a des avantages et des bénéfices sur la santé des mères et des bébés, il ne permet pas de réaliser certains actes nécessitant des moyens matériels ou humains exclusivement hospitaliers. 


J'accompagne donc les naissances à la maison, dans les départements 54/57 et 88 et éventuellement autre mais en général je limites mon périmètre à 1h de Lunéville. Cet accompagnement est possible dans le cadre d’une grossesse physiologique et de la mise en place d’un accompagnement global avec dossier dans une maternité de référence afin d'anticiper un éventuel transfert et permettre la continuité des soins.


A tout moment, vous pouvez me rencontrer en rendez-vous pour de plus amples informations.


Je vous invite également à consulter le site de l'APAAD dont l'espace famille ou vous renseigner auprès du CDAAD.

« Il existe des preuves solides que l’accouchement en dehors de l’hôpital soutenu par une sage-femme est sans danger et constitue une expérience privilégiée pour de nombreuses mères. Les femmes ne devraient pas être privées de ce choix en raison de l’absence d’un cadre réglementaire adéquat qui permette aux sages-femmes d’exercer leur profession dans tous lieux où les femmes choisissent d’accoucher. »

Fédération Internationale de Gynécologie et d’Obstétrique 2012

Qui peut accoucher chez soi ?

Les femmes qui sont suivies en vue d’un AAD sont des femmes en bonne santé et dont la grossesse se passe normalement. Certaines conditions médicales contre-indiquent l’accouchement à la maison comme une naissance de jumeaux, un bébé qui se présente par le siège. Les sages-femmes étudient avec la famille la faisabilité du projet et se basent notamment sur les critères HAS (Haute Autorité de Santé) pour le suivi et l’orientation des femmes enceintes qu’elles analysent au regard de l’histoire individuelle de chacune.

Non l’AAD n’est pas un accouchement non médicalisé !

L’accouchement accompagné à domicile est un accouchement programmé avec une sage-femme, professionnelle de santé à compétences médicales. La présence de celle-ci permet d’assurer la surveillance du bien être maternel et fœtal et de prendre des mesures médicales en cas de besoin. La sage-femme AAD est équipée pour surveiller le travail et l’accouchement et effectuer tous les gestes d’urgences qui s’avéreraient nécessaires en l’attente d’un transfert. Les femmes ont un dossier en maternité (obstétrique et anesthésie) afin de faciliter la continuité des soins.

Confiance dans les femmes et respect de la physiologie

Même si je suis sage-femme française, c'est la charte des sages-femmes du quebec qui je trouve illustre le mieux les valeurs sur lesquelles je fonde ma pratique  

La pratique des sages-femmes est basée sur le respect de la grossesse et de l’accouchement comme processus physiologiques normaux, porteurs d’une signification profonde dans la vie des femmes. Les sages-femmes reconnaissent que l’accouchement et la naissance appartiennent aux femmes et à leur famille. La responsabilité des professionnelles de la santé est d’apporter aux femmes le respect et le soutien dont elles ont besoin pour accoucher avec leur pouvoir, en sécurité et dans la dignité.

 

Les sages-femmes respectent la diversité des besoins des femmes et la pluralité des significations personnelles et culturelles que les femmes, leur famille et leur communauté attribuent à la grossesse, à la naissance, et à l’expérience de nouveau parent.

La pratique des sages-femmes s’exerce dans le cadre d’une relation personnelle et égalitaire, ouverte aux besoins sociaux, culturels et émotifs autant que physiques des femmes. Cette relation se bâtit dans la continuité des soins et des services durant la grossesse, l’accouchement et la période postnatale.

Les sages-femmes encouragent les femmes à faire des choix quant aux soins et services qu’elles reçoivent et à la manière dont ceux-ci sont prodigués. Elles conçoivent les décisions comme résultant d’un processus où les responsabilités sont partagées entre la femme, sa famille (telle que définie par la femme) et les professionnelles de la santé.

 

Elles reconnaissent que la décision finale appartient à la femme. Les sages-femmes respectent le droit des femmes de choisir leur professionnelle de la santé et le lieu de l’accouchement [...]. Les sages-femmes sont prêtes à assister les femmes dans le lieu d’accouchement de leur choix, incluant le domicile.

Les sages-femmes considèrent que la promotion de la santé est primordiale dans le cycle de la maternité. Leur pratique se base sur la prévention et inclut un usage judicieux de la technologie. Les sages-femmes considèrent que les intérêts de la mère et de son enfant à naitre sont liés et compatibles. Elles croient que le meilleur moyen d’assurer le bienêtre de la mère et de son bébé est de centrer leurs soins sur la mère.